Under Pressure : le soleil et les graffiti égayent les rues de Montréal

Dimanche après-midi, mon amoureux a dit : « Je vais à Under Pressure, le temps d’acheter un t-shirt, veux-tu venir? ». Quelques kilomètres de bicyclette, un arrêt à L’Oblique, une salade de betteraves et deux tasses de sueur plus tard (sérieux, il faisait quoi? 1000 degrés celsius?), on s’est cadenassés rue Ste-Catherine est, devant les Fouf. Les murs de briques s’égayaient à la peinture en spray depuis la veille. Un fond de beat rap jouait plus loin. Une fille de 16 ans avec un chandail de Beastie Boys (ça devait être vintage) riait trop fort avec ses amies. Deux gars en skateboard traversaient la rue. Yep. Le doux baume de la coolitude enivrait le quartier latin.

Un événement qui mélange rap, skate, graff, beat, break et rue Ste-Catherine est. Des concepts qui peuvent faire peur quand on a passé 25 ans. La dangereuse communauté hiphop. Les jeunes, les voyous, les « p’tits crisses », la « droye », les gangs de rue, les culottes aux chevilles. Les fondateurs de Under Pressure les connaissent sûrement trop bien ces clichés-là. Ils devaient écouter Un trou dans les Nuages de Michel Rivard le jour où ils ont mis l’événement sur pied en 1996 : « Au village ils ont ri, ils se sont moqués de moi, ils ont pointé le ciel en riant aux éclats, mais ils ne riront pas, quand je m’envolerai ».

C’est justement pour briser cette mauvaise presse qu’Under Pressure a vu le jour.  Oui certains membres de gang de rue écoutent du rap. Non, tous les gens qui écoutent du rap ne sont pas membre de gang de rue. Même chose pour le breakdance. Et pour le graff. Et pour le DJing. Et pour le skateboard. Fou hein? C’est non corrélationnel.

On a bien ri d’eux, on les a étiqueté, marginalisé. Maintenant, des gens ont créé un événement pour qu’ils puissent s’envoler le temps d’une fin de semaine, montrer le côté positif et artistique de la petite communauté hiphop à la grande communauté générale. Under Pressure. Chaque année. Dans les rues de Montréal. Un événement 99% légal ( ok, j’enlève 1% pour l’odeur de pot qu’on peut croiser à l’occasion). 99% organisé (j’enlève 1% pour les deux gars qui sont débarqués avec leur minivan pour faire un show de rap spontané sur Ste-Catherine).

J’ai vu des séances collectives de graffiti sur les immeubles, des concours de breakdance en pleine rue (amour!), des DJ sets sur les trottoirs. Quelques enfants heureux, des ados qui montraient leurs mouvements appris à l’école de danse urbaine, des crews avec plus d’expérience, beaucoup de jeunes venus pour les supporter, des adultes qui aiment toujours le hiphop malgré leur 30 ans passés, une famille de touristes, des bizarres, des gens avec de l’attitude et du grand public. Fou.

J’aurais aussi pu voir des séances de skateboard et des spectacles de rap.

Mais je n’ai pas vu beaucoup de pantalons aux genoux et guerres de gangs.

Laisser un commentaire


× trois = 9

Petit blogue sur les tendances, la mode, Montréal, les bons plans, les curiosités, les découvertes, ce qu'on aime et ce qu'on déteste.

A lire aussi

Jolie vidéo de la collection printemps/été 2014 de la designer Betina Lou
Jolie vidéo de la collection printemps/été 2014 de la designer Betina Lou


Puces POP : l'édition des Fêtes. On fait des cadeaux!
Puces POP : l’édition des Fêtes. On fait des cadeaux!

Hier soir c’était l’ouverture des PUCES POP : l’occasion pour les Biches de déc


Collection Isabel Marant pour H&M.
Collection Isabel Marant pour H&M.

Hier, c’était le lancement de la collection Isabel Marant pour H&M.  Bon pour tout vous